Je suis loin d’être calé niveau cinéma : ça fait quatre ans que j’ai établi une liste de « grands classiques » à voir à tout prix et je n’ai toujours pas attaqué le numéro un, Pulp Fiction. Honte à moi. Quoi qu’il en soit, je vais m’essayer à un style d’article différent : je vais tenter de vous donner envie de voir Koyaanisqatsi, un film pas comme les autres…

Article de Quentin !

Koyaanisquoi ?

Koyaanisqatsi : Life out of Balance est un film américain, réalisé par Godfrey Reggio, sous l’égide du producteur Francis Ford Coppola, paru en 1982, basé sur une ancienne Prophétie Hopi – nous y reviendrons. Et, en vérité, il est plutôt difficile d’appeler ce long métrage un « film », car il ne s’agit pas d’une oeuvre narrative conventionnelle. Koyaanisqatsi n’a ni dialogues, ni personnages principaux. Par contre, il propose une bande originale démentielle réalisée par l’illustre Philip Glass, le porte étendard de la musique minimaliste et répétitive, probablement le compositeur d’opéras vivant le plus joué au monde ! L’influence de ce musicien de génie a été si importante que la légende raconte que le film a été complètement remanié pour coller aux thèmes musicaux alors qu’il était en phase finale de production !

L’affiche officielle du Film, qui a rassemblé 5000 personnes lors de son avant-première.

 

Que peut donc évoquer une oeuvre aussi expérimentale qu’un film sans dialogues ni personnages ?

Eh bien, le film consiste en un assemblage de séquences et d’images, tantôt en longs plans séquences et tantôt en timelapses, une manière de filmer le mouvement en accéléré. Le film emploie différentes échelles de temps et de taille afin de créer des parallèles intelligents et de donner au spectateur l’opportunité de voir le monde sous un autre angle.

Déroulement du film

Vous entrez dans le monde merveilleux du Spoiler, si vous comptez voir Koyaanisqatsi, passez au grand titre suivant 🙂 

Les premiers plans du film mettent en scène des peintures rupestres, des grandes étendues et le désert américain. Les séquences qui suivent montrent la manière dont l’homme a dominé son environnement afin de construire des usines et des villes. Le film évoque différentes réalisations humaines, puis il s’attarde sur la misère des citoyens américains les plus pauvres qui vivent dans le quartier de Pruitt-Igoe, à Saint-Louis, un projet immobilier abandonné en cours de route et qui sera par la suite désintégré. Les plans en timelapse sur l’activité humaine s’enchaînent et l’agitation des villes ressemble parfois à la circulation des globules rouges dans l’organisme.

Lors des plans suivants, la structure des villes est comparée à celle des circuits imprimés et le film évoque le monde industriel et la technologie en allant toujours de plus en plus vite. Le moment de répit que nous offre Koyaanisqatsi arrive lorsque nous voyons les êtres humains dans leur vie quotidienne, lorsqu’ils ne travaillent pas ou qu’ils ne consomment pas. Ces plans sur les visages meurtris poussent vraiment à une profonde réflexion. Le film arrive à son terme lorsqu’il nous montre le décollage d’une fusée, son implosion en vol et sa dégringolade dans le ciel, accompagné de la musique « Prophecies », un thème musical hantant au possible.

La portée philosophique de Koyaanisqatsi

Le but de cet enchaînement de séquences est né de la volonté du réalisateur Godfrey Reggio de laisser chaque spectateur se construire son propre avis et sa propre réflexion. Et le film n’est pas manichéen, il semble parfois faire une apologie enthousiaste des progrès de la technologie, tout comme il semble critiquer vivement l’inhumanité de notre société et les sacrifices que le progrès implique. Koyaanisqatsi : Life out of Balance semble, de mon point de vue, avant tout critiquer les excès et les manques de notre société et nous encourage à prendre conscience de la notion fondamentale d’équilibre. C’est une oeuvre philosophique, méditative, qui alimente notre réflexion sur notre monde.

Je ne vais pas exposer ma réflexion personnelle en détails, je préfère, à l’image du réalisateur, vous laisser maîtres de vos avis 😉


La Bande Annonce officielle du film.

Koyaanisqatsi, oeuvre alternative souvent citée dans le top 100 des films à voir avant de mourir, est le premier volet d’une trilogie, la trilogie des Qatsi.

La Prophétie

Koyaanisqatsi est donc un film basé sur trois prophéties Hopis, une tribu amérindienne dont le nom signifie « Peuple de la Paix » – la classe internationale – et qui semble très férue de prophéties en général. En me documentant pour cet article, je suis tombé sur leur cosmogonie – la manière dont ils pensent l’origine de l’univers – et c’est tout bonnement fascinant !

« Fantôme Sacré », Horseshoe Canyon.

Bonus : Ouvrez pour en savoir plus sur la cosmogonie des Hopis :

 

Lorsque je vous ai dit qu’il n’y avait ni dialogues ni personnages, je vous ai un peu menti – j’espère que vous saurez trouver la force de me pardonner un jour. Le film se termine par un carton de texte sur lequel figure ces fameuses prophéties et la définition du mot Koyaanisqatsi, ce qui a pour effet de donner une seconde lecture à toutes les images auxquelles vous aurez été exposé. Je vous les retranscrit telles qu’elles sont écrites.

Ko.yaa.nis.qatsi (tiré de la langue Hopi), nom. l. vie folle. 2. vie tumultueuse. 3. vie se désagrégeant. 4. vie déséquilibrée. 5. un état d’existence qui exige un autre mode de vie.

Les Trois Prophéties Hopis :
« Si l’on extrait des choses précieuses de la terre, on invite le désastre. »
« Près du Jour de Purification, il y aura des toiles d’araignées tissées d’un bout à l’autre du ciel. »
« Un récipient de cendres pourrait un jour être lancé du ciel et il pourrait faire flamber la terre et bouillir les océans. »

 

Délires mystiques, élucubrations d’un peuple éloigné et primitif, véritables messages de sagesse, avertissements ? Je vous laisserai également vous construire votre propre réflexion sur le film et sur les problématiques qu’il soulève et qui s’aggravent, 35 ans après.

Si vous souhaitez voir ce film et nourrir votre conscience, vous pourrez le trouver sur Amazon, en version restaurée !

Bon film 😉

Maitre Praticienne en Hypnose Ericksionenne, PNL Facilitatrice en M2P : CI (thérapie quantique), Access Bars Bloggueuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *